XTerra Netherland (14/09/2019)

Dernier XTerra européen de la saison et une nouveauté pour conclure : le premier XTerra au Pays-Bas.
Sur l’île d’Ameland, entre la mer des Waddens et la mer du Nord. Paysage de dunes et de sous-bois de forêts. Autrement dit un terrain de jeu inédit. Ma première épreuve en conditions sableuses. Je vais devoir choisir, à mon arrivée le vendredi soir, entre la découverte de la course à pied sur la plage et le VTT, car malheureusement, la course démarrant samedi matin, je ne pourrai pas reconnaître correctement l’épreuve et m’y préparer…

La préparation du VTT est optimale, allègement maximum, on retire la selle télescopique (aucune difficulté technique à priori), on a installé des pneus spéciaux (sur les conseils des locaux), et on les a gonflé à une pression ridiculement basse (0,9 bars), incroyablement efficace dans le sable mou.

Départ au petit matin, au bord de la plage, au port, une nat entre les bateaux de pêcheurs, et le quai du ferry. Je sors quatrième de l’eau, très bel enchaînement et c’est parti pour un VTT de folie, avec des glissades dans l’herbe mouillée et le bitume (les pneus quasi lisses et sous-gonflés n’aident pas), mais arrive le sable, et là, une autre épreuve commence. Avec des pointes à 38 km/h et une moyenne de plus de 21 km/h (et des passages à pied dans les montées de dune trop molles), je m’impose au VTT et pose le vélo en tête avec une avance relativement confortable.

Le début de la course à pied est superbe, je ne perds pas une seconde sur mes adversaires, mais arrivent les deux passages dans les dunes molles avant la plage, catastrophe, je n’avance plus, véritablement scotchée, la cheville qui part dans tous les sens. Je me fais malheureusement rattrapée dans la deuxième portion, et littéralement déposée par la championne locale, suivie même de très près, une quinzaine de mètres par la troisième. Heureusement, on sort des dunes pour le dernier kilomètre, et là, je résiste et réalise mon plus beau dernier kilomètre de ma carrière, reprenant même du temps sur ma poursuivante. Je termine donc deuxième féminine de l’épreuve, au bout de l’effort…